melior AG

8084 Enerlène

Aliment complémentaire liquide pour vaches laitières, brebis et chèvres. Solution buvable avec substances glucoformatrices.

  • aliment anti-cétonique liquide et appétible
  • excellente action au niveau du métabolisme
  • très digeste, pas d’effet négatif sur les teneurs du lait
  • distribution facile dans la crèche ou via le distributeur de concentré

Dosage / Utilisation conseillée

  • Pour atténuer le déficit énergétique chez les animaux à haute performance
  • Pour réduire les risques de cétose (acétonémie)
  • Pour soutenir le métabolisme et augmenter la performance laitière

Utilisation

  • Vaches laitières
    • 200 - 300 g (190 - 280 ml) par jour
    • Une semaine avant jusqu’à 3-6 semaines après vêlage
    • En cas de besoin énergétique accru, la ration peut être augmentée à
      300 - 400 g (280 - 380 ml) par jour.
  • Brebis / chèvres
    • 25 - 35 g (24 - 34 ml) par jour
    • 3 - 6 semaines après la mise bas
    • En cas de besoin énergétique accru, la ration peut être augmentée à
      40 - 50 g (38 - 48 ml) par jour.

8084 ENERLENE peut être mélangé à la ration de fourrage ou appliqué sur le fourrage à la crèche. Il est recommandé de demander conseil à un spécialiste avant d’utiliser le produit

Unité

  • Bidon de 30 kg
  • Fût de 210 kg
  • Citerne à 1000 kg

Conseillers

Sélectionnez une région:

Enerlène

Aliment complémentaire liquide pour vaches laitières, brebis et chèvres
plus...
  • Le rumen a besoin de phosphore

    Le rumen est le réacteur énergétique de la vache !
    plus...

  • Lactation et reproduction

    Une bonne gestion du tarissement est gage de réussite pour la prochaine lactation et la reproduction.
    plus...

  • Bien démarrer l’élevage des veaux est gage de succès

    La phase d’élevage du veau est décisive si l’on veut avoir une future vache productive. Les diarrhées et les maladies respiratoires diminuent l’accroissement journalier des veaux.
    plus...

  • Semis du maïs : "tout est dans le timing"

    La date du semis 2018 a été un facteur décisif pour le rendement. En 2017, le gel et la chute de température ont provoqué des dégâts considérables aux semis précoces. Certains semis ont mis longtemps à s’en remettre. Au printemps 2018, les semis précoces ont pu se développer sans coup d’arrêt et avaient la possibilité de se préparer pour la sécheresse estivale. Par contre, les semis tardifs n’ont pas pu développer suffisamment de racines. Dans certaines régions, le déficit en eau était déjà perceptible durant la phase d’élongation. Ceci avait des conséquences sur la perte de masse et sur la proportion d’épis réduite.
    plus...

8084 Enerlène

Aliment complémentaire
liquide pour vaches laitières,
brebis et chèvres -

reduction du risque de cétose très appétible!