melior AG
© Braunvieh Schweiz Milchwirtschaftsbetrieb von Stefan und Daniela Lehner, Gossau

Une lactation fructueuse commence durant le tarissement

L’alimentation de la vache laitière durant la phase de tarissement est aussi importante que celle suivant le vêlage. Elle influe en effet sur l’ état corporel, la capacité d’ingestion, l’apport de nutriments et l’état immunitaire.

Durant la phase de tarissement, il y a un conflit d’objectifs entre l’ingestion d’énergie et la volonté de manger : à ce stade, la vache doit en effet rester en permanence en entraînement alimentaire, c’est-à-dire pouvoir manger beaucoup (note de remplissage de la panse), mais sans ingérer trop d’énergie afin d’éviter le risque d’engraissement.

Il s’agit parallèlement de garantir la croissance du veau à naître et les conditions pour une production de colostrum riche en immunoglobulines, en oligoéléments, en vitamines et en éléments nutritifs. Ce qui n’est possible que grâce à un régime de tarissement bien conçu.

Outre un apport en énergie et en protéines adapté, les minéraux, les oligoéléments, les vitamines A, D3, E, C, le bêta-carotène, la choline, les polyphénols et les acides gras oméga-3 sont importants. Si la vache absorbe les bonnes quantités de ces nutriments, ceux-ci aident à prévenir les pathologies métaboliques au cours de la lactation suivante.

Chez les vaches qui sont au pâturage durant toute la période de tarissement, l’apport en nutriments et le degré de remplissage de la panse sont difficiles à surveiller.

Tarissement en deux phases

En général, de nos jours, le tarissement est divisé en deux phases. Durant la première (far-off), l’apport adapté en énergie (ciblé), le bon remplissage de la panse (consommation de fibres) et suffisamment de mouvements. Une densité énergétique d’environ 5.5 MJ par kilo de matière sèche (MS) est adéquate. Durant la seconde phase (close-up), il s’agit de tout faire pour éviter une hypocalcémie (fièvre du lait) après le vêlage ainsi que le risque de cétose.

Lors du conseil en alimentation, on calcule le bilan alimentaire cations-anions (BACA) de la ration de tarissement pour contrôler si un fort excédent de sodium et de potassium entraîne un risque de fièvre du lait. En distribuant un aliment spécial tarissement avec une teneur en énergie correcte et des sels acides (voir encadré), on corrige le rapport acide-base. L’objectif est de préparer l’organisme, grâce à des compléments riches en Cl et en S, au changement abrupt intervenant après le vêlage, lorsque la vache doit soudainement puiser dans ses réserves corporelles. Dans la pratique, ce contrôle est effectué en mesurant le pH de l’urine. Durant la lactation, celui-ci doit se situer entre 8.2 et 8.3, contre 6.5 à 7.8 durant la phase finale du tarissement (close-up). La valeur BACA calculée doit être inférieure à 200 meq/kg de MS.

Le magnésium joue un rôle-clé dans l’alimentation durant le tarissement. Il est en effet responsable de la mobilisation du calcium osseux après le vêlage et de la synthèse de la vitamine D3.

Parallèlement à d’autres éléments, le sélénium joue un rôle multiple dans le métabolisme cellulaire, en tant que composant d’enzymes dans la glande thyroïde, dans les ovaires et sur le placenta. Un apport suffisant en sélénium, en vitamines E et C, en bêtacarotène et en polyphénols protège les cellules du stress oxydatif et garantit de bonnes défenses immunitaires. La choline et la niacine jouent, pour leur part, un rôle important dans la régulation de la glycémie et du métabolisme énergétique (acides gras). L’effet positif des antioxydants n’est visible chez la vache que quelques semaines après leur ingestion, raison pour laquelle ils sont importants non seulement durant la phase de démarrage, mais également durant la phase de tarissement.

2460 DIET – Aliment complémentaire « tout en un » pour la phase de tarissement

Avec son nouvel aliment spécial tarissement 2460 DIET, melior propose un aliment complémentaire en granulés qui, dans sa variante « tout en un », améliore l’état de santé, la productivité et la fécondité pour la prochaine lactation. 2460 DIET est minéralisé et vitaminé. Il couvre les besoins de la vache tarie et contient du bêta-carotène, de la niacine et des levures. Il affiche une teneur élevée en antioxydants, en polyphénols et en sels acides pour le maintien du statut BACA souhaité durant le tarissement. Dosage recommandé : 1kg par vache et par jour durant la première phase du tarissement (far-off) et 2 kg par vache et par jour durant les trois dernières semaines précédant le vêlage (close-up). Convient aux vaches laitières et aux vaches allaitantes.