melior AG
Professionelle Milchschafhaltung Jean-Robert und Michel Henchoz Production Biblis Herzogenbuchsee Physio® Blocs

Un engraissement performant débute lors de la mise en porcherie

​Article technique de Irene Mettler et Damien Seydoux, Meliofeed SA

Qui veut réaliser de bonnes performances d’engraissement doit se concentrer sur l’arrivée des porcelets dans ses installations.

Des gains quotidiens élevés, des poids d’abattage homogènes, une part de viande maigre (PVM) optimale et des indices de graisse corrects caractérisent un atelier d’engraissement optimal. Pour réaliser de bonnes performances, la phase de pré-engraissement s’avère déterminante. Les porcelets doivent connaître un démarrage optimal, sans stress. Pour cela, il faut respecter divers paramètres.

Climat

Lors de la mise en porcherie de porcelets de 20 à 25 kg de poids vif, la température intérieure devrait être idéalement de 25 degrés Celsius. Cela nécessite parfois un préchauffage. L’air doit atteindre cette température, mais le sol également. De plus, les porcs doivent avoir suffisamment de moyens d’occupation de qualité (paille, cubes de paille, tourbe, ensilage d’herbe, foin).

Eau

L’eau est un élément essentiel pour la régulation de la température corporelle, le transport de nutriments dans le sang et les processus du métabolisme cellulaire. Un manque d’eau péjore les performances d’engraissement: il est indispensable de fournir suffisamment de points d’eau.

Les animaux préfèrent de l’eau tempérée. En hiver, il peut être judicieux dans la mesure du possible de chauffer l’eau. Si la température dépasse les 65 degrés dans le boiler, le développement des germes est freiné. 

Affouragement

Les porcelets qui débutent l’engraissement devraient être alimentés sur la base de la courbe d’alimentation. Elle permet au système digestif de se décharger pendant le stress du changement de porcherie et minimise les risques de diarrhées.

Les animaux en pré-engraissement ont un fort besoin en calcium et phosphore pour le développement de leurs os. Un apport correct en acides aminés favorise la croissance des muscles. En revanche, les animaux en finition ont des besoins plus faibles en protéines et en phosphore. De ce fait, une alimentation biphase a du sens. En phase de finition, celle-ci génère à une ration plus respectueuse de l’environnement, car la teneur en matière azotée est réduite.

En cas d’affouragement sans phase, il est possible d’utiliser en pré-engraissement un aliment minéral en complément. Afin de prévenir les diarrhées, le cannibalisme et l’agitation, une solution peut être donnée en supplément lors de la mise en porcherie. De tels concentrés contiennent des vitamines et des oligo-éléments, mais également des herbes et des acides stabilisant les intestins.

Les herbes favorisent la digestion alors que les acides baissent le pH de l’intestin et inhibent la croissance des bactéries nuisibles. Le système immunitaire des animaux est renforcé alors que le stress diminue. Un tel concentré d’additifs doit être distribué durant les 10 jours de mise en porcherie ou aussi lors du sevrage. Il peut même être utilisé en période d’engraissement.

Parasites

Une infestation de parasites chez les porcs n’est pas visible de l’extérieur. Durant la phase d’engraissement, gérer cette pression parasitaire sur une durée de 6 à 10 jours n’a du sens qu’en cas de diagnostic préalable par le vétérinaire. Si des déductions à l’abattoir (foie confisqué) ont lieu, une vermifugation doit être discutée avec son vétérinaire d’exploitation. Même en cas de faible infestation, un vermifuge standard peut s’avérer judicieux car les performances d’engraissement sont réduites et le système de défense est affaibli.

Infos supplémentaires