melior AG
Maishäcksler

Semis du maïs : "tout est dans le timing"

Article technique de Simon Winzenried, PM maïs et légumineuses à graines,
Eric Schweizer SA

Contrairement à l’année précédente, les semis précoces ont été avantagés, car ils ont mieux été en mesure de faire face à la chaleur estivale. En 2018, la qualité et le rendement étaient moyens à bons.

La date du semis 2018 a été un facteur décisif pour le rendement. En 2017, le gel et la chute de température ont provoqué des dégâts considérables aux semis précoces. Certains semis ont mis longtemps à s’en remettre. Au printemps 2018, les semis précoces ont pu se développer sans coup d’arrêt et avaient la possibilité de se préparer pour la sécheresse estivale. Par contre, les semis tardifs n’ont pas pu développer suffisamment de racines. Dans certaines régions, le déficit en eau était déjà perceptible durant la phase d’élongation. Ceci avait des conséquences sur la perte de masse et sur la proportion d’épis réduite.

Des rendements records étaient possibles

Les réserves d’eau et la structure du sol spécifiques au site ont également été des éléments importants en 2018. Sur des sols sableux respectivement légers ou sur des sols superficiels, le manque d’eau était clairement visible. De ce fait, le rendement et la qualité du silo maïs étaient réduits.

Sur des sols profonds avec une haute teneur en argile et d’humus ou sur des sites avec des eaux souterraines, la croissance n’a pas été freinée. Des rendements records ont été atteints. Un autre facteur à prendre en considération est le fait que les maladies des feuilles comme Helminthosporium, avaient plus de difficulté de se développer (température élevée, humidité basse) et d’avoir des conséquences sur le rendement.

Maïs même en cas de sécheresse

De nombreux agriculteurs ont constaté qu’au niveau des prairies fourragères le stress thermique était bien plus important que pour le maïs. Il est devenu évident que le maïs appartient aux plantes qui aiment la chaleur et est globalement plus tolérant au stress thermique et au manque d’eau.

Fenêtre de récolte courte

La récolte du maïs se déroulait durant une courte période et bien plus tôt qu’habituellement. Pour les entrepreneurs agricoles, ce fut un challenge pour récolter le maïs à une maturité optimale.

Infos supplémentaires

  • Les plantes font leurs preuves contre les infestations parasitaires

  • Ajuster les apports minéraux aux besoins des génisses

    Ne pas négliger les besoins des veaux et génisses en minéraux...
    plus...

  • Le petit plus dans le fourrage

    Les levures et leurs composants sont des ingrédients naturels appréciés pour leurs qualités digestives. Dans l’affouragement des petits ruminants comme les moutons et les chèvres, melior mise avec succès sur les cultures de levures de Diamond V®.
    plus...

  • Semis du maïs : "tout est dans le timing"

    La date du semis 2018 a été un facteur décisif pour le rendement. En 2017, le gel et la chute de température ont provoqué des dégâts considérables aux semis précoces. Certains semis ont mis longtemps à s’en remettre. Au printemps 2018, les semis précoces ont pu se développer sans coup d’arrêt et avaient la possibilité de se préparer pour la sécheresse estivale. Par contre, les semis tardifs n’ont pas pu développer suffisamment de racines. Dans certaines régions, le déficit en eau était déjà perceptible durant la phase d’élongation. Ceci avait des conséquences sur la perte de masse et sur la proportion d’épis réduite.
    plus...