melior AG
melior LONGLIFE®

Beaucoup manger et beaucoup ruminer

En production laitière, tout doit être fait pour maintenir une efficacité alimentaire élevée. L'efficacité est essentiellement déterminée par la qualité et la digestibilité des composants fourragers ainsi que par le système d'affouragement et la génétique. L'objectif est 1.5 kg lait corrigé en énergie (ECM) par kilo d'ingestion MS. En phase de démarrage, la prudence est de mise contre une perte excessive de graisse corporelle. 

La vache passe jusqu'à 50 % de sa journée à ruminer. La durée effective de la rumination dépend beaucoup de la composition de la ration. Une ration adaptée aux ruminants implique que la vache mâche plus de 55 fois chaque bouchée ruminée. Cette action génère d'énormes quantités de salive allant jusqu'à 200 litres par jour. Le contrôle sérieux et régulier de la rumination au sein du troupeau est l'une des tâches les plus importantes, en production laitière. 

Le glucose, matière première de la production laitière

Pour simplifier, disons que la vache doit pouvoir envoyer du glucose dans son sang à partir des aliments qu'elle ingère, pour maintenir les fonctions de son organisme, pour sa croissance, sa reproduction et naturellement pour produire du lait. La vache forme ce glucose avec l'énergie «ingérée», à partir des hydrates de carbone et des graisses ainsi que des acides aminés d'origine protéique.

Tout faire pour augmenter l'ingestion alimentaire

Le foie sert d'organe central transformant l'énergie en glucose. Tout doit être fait pour maintenir une ingestion alimentaire élevée, surtout au début de la lactation et déjà au cours des semaines précédentes (phase de pré-vêlage) car désormais les besoins de glucose augmentent rapidement. Les vaches laitières très productives – plus de 50kg de lait en phase de démarrage – doivent fournir au foie plus de 3.5kg de glucose pur. Si la vache ne parvient pas à ingérer une ration suffisante après le vêlage, son organisme entre en déficit énergétique alors que son importante production laitière reste constante, et commence à mobiliser ses réserves graisseuses. L'organisme tolère jusqu'à un certain point la mobilisation des réserves graisseuses en phase de démarrage. Mais si la vache perd trop de poids, la perte de graisse exerce une pression excessive sur le foie et les corps cétoniques toxiques qui en résultent engendrent une perte d'appétit. Ainsi, la spirale négative pernicieuse continue de tourner. 

Un complément qui ménage le foie et stimule l'appétit

En pratique, il existe des solutions naturelles et faciles à mettre en œuvre pour compenser un déficit énergétique en phase de démarrage sans surcharger le foie. A titre d'exemple, citons l'aliment complémentaire liquide melior 8083 START'GREEN. Ce produit riche en énergie, donné à faible dose de 1 à 2 dl par jour, une semaine avant le vêlage, et 2 à 4 dl par jour durant les 3 à 6 premières semaines qui suivent le vêlage, ménage le foie; il prévient toute de perte de poids et stabilise un bon métabolisme. Des additifs bénéfiques pour le rumen et stimulant l'appétit complètent ses nombreux effets.