melior AG
Milchwirtschaftsbetrieb von Stefan und Daniela Lehner, Gossau

Au sein du troupeau laitier, les taries sont les vaches les plus importantes

Article technique de Chantal Grünenfelder, Service technique Suisse Romande

Dans la carrière des vaches laitières, le tarissement est une période à ne pas négliger, sous peine de risque de réforme prématurée.

Le tarissement est une période cruciale pour assurer un bon déroulement de la lactation suivante. Afin de permettre de régénérer le tissu mammaire et de produire un colostrum de qualité, il est judicieux de tarir les vaches 6 à 8  semaines. Un tarissement trop court a un impact négatif sur la quantité de lait produite à la prochaine lactation et sur la qualité du colostrum. Un tarissement non adapté augmente le risque de cétose, d’acidose, de fièvre du lait, de mammites et de métrites, entre autres. En bref, rater un tarissement est signe d’une réforme prématurée! Quelques règles doivent être respectées durant cette phase.

Alimentation : En termes d’alimentation, les taries ont des besoins particuliers. Elles ne doivent pas arriver trop grasses au vêlage ni, au contraire, trop maigrir pendant la phase de tarissement. La ration des taries doit comporter suffisamment de fibres, afin de maintenir le volume de la panse. Elle doit être proche de la ration des vaches en production, diluée avec de la fibre et adaptée avec un minéral tarissement. Ce minéral permet de renforcer le système immunitaire et d’assurer un transfert d’immunité du sang au colostrum. Ces minéraux doivent avoir une faible teneur en calcium et une haute teneur en magnésium pour prévenir la fièvre du lait et assurer une bonne délivrance. Ils doivent contenir du phosphore disponible pour les micro-organismes, de la vitamine A et du bêta-carotène pour améliorer la qualité du colostrum et préparer le follicule de la prochaine gestation, une haute teneur en sélénium et vitamine E, afin de renforcer le système immunitaire de la vache et du veau et assurer le vêlage et enfin une haute teneur en zinc et en cuivre organique, pour une meilleure qualité des onglons et, également, renforcer l’immunité de la vache et de son veau. Pour les taries, enfin, les fourrages riches en calcium et potassium doivent être limités, ainsi que le sel, pour éviter les œdèmes mammaires. 

Détention : Les vaches taries doivent avoir une aire de repos comprenant assez de litière, propre et sèche. Elles doivent disposer de suffisamment de place de repos. L’hygiène de l’aire de repos est indispensable, car seule la moitié des vaches ont un bouchon de kératine fonctionnel une semaine après le tarissement (Agridea, 2018). Une place à l’auge pour chaque animal est également un point clé. De l’eau propre avec suffisamment de débit (20 litres/ minute) doit toujours être à disposition.

Parage : Le tarissement est une période idéale pour effectuer le parage des onglons. Idéalement il faudrait effectuer le parage 1 à 2 semaines avant le tarissement pour éviter le stress. Des onglons sains permettent à la vache de bien démarrer la lactation suivante, de manière productive.