melior AG
Exploitation de Thomas Fürst, à Windlach (ZH)

Thomas Fürst: «Les logettes sont plus chères, mais leurs avantages justifi ent la différence de prix!»

Dans l’étable de Thomas Fürst, les taureaux ne sont pas couchés sur une couche profonde ou du fumier glissant, mais dans des logettes. Grâce à ces dernières, l’utilisation de paille est réduite à 200 grammes par jour et par taureau.

Sur le domaine de Schlatt près Windlach, Thomas Fürst gère une exploitation de 23 hectares de grandes cultures et un atelier d’engraissement de taureaux. Il y a quelques années, alors qu’il prévoyait la construction d’une nouvelle stabulation, il avait d’abord pensé à une couche profonde. Mais en cours de planifi cation, il avait visité une exploitation avec une stabulation à logettes et s’était vite décidé pour cette variante. Les premiers taureaux ont été mis en stabulation il y a 18 mois. L’imposante installation offre 126 places d’engrais en groupes de 14 taureaux et remplit les exigences SST et SRPA. Monteur-électricien et paysan de formation, Thomas Fürst mise avec détermination sur la qualité. Il livre ses animaux au label Terra Suisse de Migros et atteint, avec des poids morts moyens de 295 kilos, un pourcentage de 51,8 % de carcasses C3. 34,3 % des animaux sont classés H3 et le reste, soit 10,2 %, obtient la note T3.

Seuls les meilleurs veaux sont mis à l’étable
Pour atteindre ces excellents résultats, Thomas Fürst ne met à l’étable que des veaux sevrés AA de la meilleure qualité. Outre la génétique et le mode de détention, l’affouragement doit aussi être impeccable. Dans l’atelier de fi nition, la ration fourragère de base est composée de 90 % d’ensilage de maïs (power maïs) tiré du silo tour et de 10 % d’ensilage d’herbe en balles. L’aliment  complémentaire protéique melior 2277 est mélangé à la ration, distribuée avec une remorque mélangeuse. La ration est complétée avec du melior 2247, distribué huit fois par jour par le robot.

Distributeur de bouchons de paille devant le chargeur
Thomas Fürst est satisfait des excellentes performances et de la magnifi que qualité qu’il réalise avec son système. La consommation de paille s’élève, en tout et pour tout, à 200 grammes par jour et par taureau. Cette paille, conditionnée sous forme de bouchons, est distribuée quatre fois par an avec une pelle que Thomas Fürst a installée lui-même sur le frontal du chargeur. Les bouchons sont transportés jusqu’à la pelle par un tapis roulant, puis entassés devant les logettes. Les taureaux font ensuite le travail eux-mêmes en tirant petit à petit les bouchons de paille jusqu’à l’arrière des logettes. Outre la faible consommation de paille, un autre avantage du système, c’est le calme qui règne dans la stabulation, souligne l’engraisseur. Par ailleurs, la qualité de l’air y est très bonne et il n’y a quasiment pas de mouches en été.

L’investissement élevé vaut la peine
La construction a coûté environ 10 000 francs par place, inclus les silos et l’entreposage des engrais de ferme. Mais l’allégement de la charge de travail et la consommation de paille réduite devraient contrebalancer l’importance de l’investissement. Thomas Fürst en est en tout cas persuadé.

La journée Beef 2013 du Strickhof, consacrée à la «tendance en faveur des logettes», était organisée sur l’exploitation de Thomas Fürst, à Windlach (ZH). Après avoir entendu l’exposé principal de Barbara Benz, les étudiants de la haute école du Strickhof ont comparé la rentabilité et les besoins en main-d’oeuvre des logettes. Melior, qui parraine cette journée depuis de longues années, remercie Swiss Beef et le Strickhof de l’organisation parfaitement réussie de la manifestation.