melior AG

Apport de minéraux aux petits ruminants: petites quantités et grands effets!

Les chèvres et les brebis en élevage et affouragement intensifs arrivent à des performances bouchère et laitière impressionnantes. Toutefois, des apports minimaux en micro-éléments et macro-éléments sont indispensables pour la vitalité, la fécondité et la santé des mamelles et des onglons. Des études montrent que ces apports fortifient le système immunitaire des animaux d’élevage intensif.

Dans la pratique, et en particulier durant la saison d’alpage et d’affouragement d’été, l’apport régulier de minéraux aux petits ruminants atteint souvent ses limites. Un bon affouragement en minéraux avant la montée à l’alpage et après la désalpe peut remédier à la situation.

Mieux planifier l’apport de compléments minéraux sur les pâturages extensifs
La richesse en espèces végétales des alpages peut contribuer dans une large mesure à l’apport de minéraux et d’oligoéléments. Toutefois, les brebis et les chèvres laitières, de même que les agneaux et les chevreaux, ont besoin de compléments minéraux. La distribution de quantités déterminées de blocs à lécher et de sel aux brebis et aux chèvres mères peut assurer, via le lait, un apport suffisant pour le bon fonctionnement du métabolisme et la croissance osseuse et musculaire des jeunes animaux.

Les animaux qui n’allaitent pas, de même que les moutons de boucherie ou les chèvres taries, peuvent supporter sans dommage un estivage d’une centaine de jours sans apport de minéraux. Les études et les essais ont prouvé que les réserves constituées dans les os et les tissus suite à l’ingestion de grandes quantités de macro-éléments et de micro-éléments, avant la mise à l’alpage et après la désalpe, sont suffisantes pour couvrir cette période.

Un bon apport en vitamines et minéraux renforce le système immunitaire
Les petits ruminants sont plus fréquemment exposés aux parasites que les autres espèces animales. Ces ravageurs ponctionnent de précieuses substances nutritives chez l’animal hôte. Ils peuvent beaucoup affaiblir les agneaux et les chevreaux, de même que les mères dont la santé est déjà précaire. Un apport continu en vitamines, en oligoéléments (sélénium, cuivre, etc.) et en minéraux peut renforcer la vitalité et le système immunitaire, tout en constituant une défense durable contre les parasites.

Le but: un troupeau fécond avec des mamelles et des onglons sains
Les animaux alpés doivent souvent parcourir de longues distances pour arriver à leur lieu de pâture. Des onglons sains et des membres solides sont donc indispensables pour un troupeau performant. Le métabolisme des animaux proches de la mise bas ou avant la saillie doit fonctionner de manière optimale pour assurer leur fécondité et le développement des fœtus. Les brebis et les chèvres peuvent souvent être sujettes à des inflammations de la mamelle avec des cellules élevées dans le lait, qui sont préjudiciables à la santé des animaux et à la production laitière. Des études ont montré que l’administration de sélénium et de cuivre organiques, ainsi que de vitamine E, peut contribuer dans une large mesure à prévenir les mammites.
 

Importance du sélénium  
Sources de sélénium . Sélénite de sodium
. Sélénium organique sous forme de levures riches en sélénium (sélénométhionine) pour une meilleure absorption
Importance/fonction . Antioxydant
. Maintien de l’intégrité musculaire
. Système immunitaire
. Vitalité et tonicité
Symptômes de carence . Problèmes à la mise-bas
. Prédisposition aux mammites
. Dégénérescence cardiaque et musculaire
. Nombres de cellules élevés
Excédent . Insuffisance respiratoire
. Troubles locomoteurs
. Parfois mortel (si >0,5 mg/kg MS)
Interactions . Peut concurrencer l’absorption du soufre


Nos spécialistes des petits ruminants répondent volontiers à vos questions. Melior souhaite à tous les éleveurs de brebis et de chèvres plein succès dans leur affouragement d’été.